La Pleine Conscience dans le domaine du soin

Nous assistons actuellement à une explosion d’intérêt autour de la pleine conscience parmi les professionnels de la santé mentale. Dans un sondage auprès de psychothérapeutes aux États-Unis (Simon, 2007), le pourcentage de thérapeutes qui ont dit qu’ils pratiquaient une «thérapie basée sur la pleine conscience » au moins une partie du temps était de 41,4 %.

A titre de comparaison, la thérapie cognitivo-comportementale était le modèle le plus populaire (68,8 %), et la thérapie psycho dynamique / psychanalytique suivait la pleine conscience à 35,4 %. Il y a trois ans, nous supposions que la pleine conscience pourrait éventuellement devenir un modèle de psychothérapie à part entière (Germer et al., 2005). Ce moment semble proche maintenant.

Conférence sur la méditation de Pleine Conscience

Pourquoi ? Une explication est que les jeunes qui étaient en quête de spiritualité et les méditants des années 1960 et 1970 sont maintenant des chercheurs cliniques et des praticiens dans le domaine de la santé mentale expérimentés. Ils ont bénéficié personnellement de la pratique de la pleine conscience depuis de nombreuses années et ont enfin le courage de la partager avec leurs patients.

Une autre explication est que la pleine conscience peut être au cœur d’un processus de perception qui sous-tend toute psychothérapie – une construction trans théorique. Les cliniciens de tous courants appliquent la pleine conscience à leur travail, qu’ils soient psychothérapeutes psychodynamiques qui travaillent principalement sur le plan relationnel, thérapeutes cognitivo-comportementalistes qui développent de nouvelles interventions, plus efficaces et structurées, ou psychothérapeutes humanistes encourageant leurs patients à entrer profondément dans le «ressenti de leur expérience ». La question thérapeutique commune est « Comment puis-je aider le patient à être plus à l’écoute et conscient de son expérience du moment présent ? ».

Peut-être l’argument le plus fort pour la nouvelle popularité de la pleine conscience est que la science est en train de rattraper la pratique – la science molle de la pratique contemplative est en train d’être validée par la recherche scientifique “dure” . La méditation est aujourd’hui l’une des méthodes psycho-thérapeutiques les plus étudiées (Walsh & Shapiro , 2006) – même si beaucoup d’études ont des limites de conception (Agence pour la Recherche et la Qualité, 2007) . Entre 1994 et 2004, la prépondérance de la recherche sur la méditation est passée d’études sur la méditation de concentration (comme la méditation transcendantale et la réponse de relaxation) à la méditation de pleine conscience (Smith, 2004).